Les minéraux

Indispensables au fonctionnement de l’organisme Lorsqu’un aliment est complet, aucun supplément minéral n’est requis. Un excès de sels minéraux nuit à une bonne digestibilité et peut même produire les effets inverses à ceux attendus. Quand on fait brûler un aliment, les cendres récupérées constituent la matière minérale de l’aliment. Elle représente en général 5 à […]

obesite-chien

Indispensables au fonctionnement de l’organisme

Lorsqu’un aliment est complet, aucun supplément minéral n’est requis. Un excès de sels minéraux nuit à une bonne digestibilité et peut même produire les effets inverses à ceux attendus.

Quand on fait brûler un aliment, les cendres récupérées constituent la matière minérale de l’aliment. Elle représente en général 5 à 8 % du total d’un aliment sec (“Cendres brutes” est synonyme de “matières minérales” sur une étiquette alimentaire).

Les minéraux présents en quantité importante (calcium, phosphore, potassium, sodium, magnésium…) sont appelés macro-éléments. En revanche, les oligo-éléments sont présents en quantités très faibles : ils représentent quelques mg/kg (ou ppm : parties par million), mais ils sont indispensables au fonctionnement de l’organisme (ex. : fer, zinc, manganèse, cuivre, iode, sélénium…).

Les minéraux sont apportés par les différents ingrédients de la ration. Ils peuvent aussi être inclus sous forme de sels purifiés : sulfate de fer, oxyde de zinc, oxyde de manganèse, sulfate de cuivre, sélénite de sodium, iodate de calcium… Chaque minéral est impliqué dans plusieurs fonctions différentes.

A retenir

Calcium, phosphore, potassium, magnésium assurent la croissance, la structuration de l’os, la transmission de l’influx nerveux, l’énergie cellulaire…

Sélectionnez un minéral ci-dessous:

L’iode

Sans iode, la thyroïde ne peut fonctionner, ce qui génère des perturbations importantes de tous les métabolismes se manifestant par ce que l’on appelle un goitre.

Pour la petite histoire

L’iode est un élément minéral mineur, non métallique, qualifié en nutrition d’oligo-élément minéral de par son importance quantitative faible bien que vitale pour l’organisme.

Son rôle dans l’organisme

Cet oligo-élément entre dans la composition des hormones thyroïdiennes, dont il permet la synthèse.

Sources naturelles

Le sel marin et les poissons sont les sources préférentielles en iode.

Retour en haut

Le calcium

Un apport calcique adapté au stade physiologique et au format de l’animal permet de prévenir les maladies carentielles (ostéofibrose) ou d’excès (calcifications anarchiques). La croissance et la période d’allaitement sont très demandeuses en calcium.

Pour la petite histoire

Le calcium est un élément minéral majeur, métal alcalino-terreux, qualifié en nutrition de macroélément minéral de par son importance quantitative pour l’organisme. Un équilibre est à respecter entre calcium (Ca) et phosphore (P) : dans l’aliment, le rapport Ca/P doit être compris entre 1 et 2.

Son rôle dans l’organisme

Le calcium joue deux rôles fondamentaux dans l’organisme. Quatre vingt dix neuf pour cent du calcium de l’organisme est fixé dans le squelette, à qui il confère, avec le phosphore, sa solidité. Ensemble, ils forment le « ciment » de l’os. Il est également un élément qui permet le transfert d’informations entre les cellules et la transmission de l’influx nerveux. Si le niveau de calcium de l’aliment est très élevé, un jeune chiot est incapable de s’adapter à cet excès : il continue à absorber passivement au moins 30 à 40%du calcium ingéré, d’où un risque de développement anormal du squelette.

Sources naturelles

On trouve le calcium, sous forme de sels minéraux, dans les os de mammifères, ainsi que dans des sources minérales tels le carbonate de calcium (craie) ou les phosphates de calcium.

Retour en haut

Le citrate de potassium

Le citrate joue un rôle inhibiteur sur la formation des calculs urinaires d’oxalate de calcium : il peut se chélater avec le calcium pour former un sel soluble. Le calcium n’est alors plus disponible pour se lier à l’oxalate et former un calcul. Le citrate de potassium administré par voie orale est aussi un agent alcalinisant (il augmente le pH urinaire). L’alcalinisation urinaire a pour conséquence de diminuer l’excrétion de calcium dans l’urine et d’augmenter celle du citrate.

Pour la petite histoire

L’effet alcalinisant du citrate de potassium est à manier avec précaution car il peut induire parallèlement un risque de formation de calculs qui eux se forment dans une urine alcaline : les calculs de struvite et les calculs de phosphates de calcium.

Son rôle dans l’organisme

L’effet alcalinisant du citrate de potassium est intéressant pour lutter contre d’autres types de calculs qui se développent à pH acide : les calculs d’urate d’ammonium (une urine alcaline contient de faibles concentrations en ammoniac et en ions ammonium) et les calculs de cystine. Les calculs d’oxalate de calcium ne sont pas sensibles au pH urinaire mais l’alcalinisation permet indirectement de limiter l’excrétion le calcium dans l’urine.

Sources naturelles

Le citrate de potassium est un sel minéral.

Retour en haut

Le cuivre

Cet oligo-élément fait partie des facteurs anti-anémiques dans lesquels on retrouve les folates, la vitamine B12 et bien sûr le fer. Stocké dans le foie, il peut se révéler toxique pour un très petit nombre de races canines. Il intervient dans la synthèse de la mélanine, à l’origine de la pigmentation du poil.

Pour la petite histoire

Le cuivre est un élément minéral mineur, élément de transition, qualifié en nutrition d’oligo-élément minéral de par son importance quantitative faible bien que vitale pour l’organisme (<10 mg/ kg de poids corporel). La majeure partie du cuivre de l'organisme est stocké dans le foie. Il peut parfois se révéler toxique quand l'accumulation est excessive, comme cela se produit dans certaines races canines ou lignées prédisposées.

Son rôle dans l’organisme

Le cuivre agit dans l’organisme en relation avec le fer, dont il facilite l’absorption intestinale et l’incorporation dans l’hémoglobine. Il est l’élément actif de nombreuses enzymes, en particulier celles favorisant les phénomènes d’oxydation cellulaire. Il intervient également dans la synthèse du collagène des tendons et de la myéline du système nerveux.

Sources naturelles

Les aliments les plus riches en cuivre sont: les viandes (agneau, porc, canard surtout) et les graines protéagineuses (pois, lentilles, soja…).

Retour en haut

Le fer

De par ses fonctions, le fer est un nutriment essentiel dans la prévention et le traitement des anémies.

Pour la petite histoire

Le fer est un élément minéral mineur, élément de transition, qualifié en nutrition d’oligo-élément minéral de par son importance quantitative faible bien que vitale pour l’organisme.

Son rôle dans l’organisme

Le fer est le composant indispensable de l’hémoglobine, pigment qui assure le transport de l’oxygène dans les globules rouges, tout comme la myoglobine, qui remplit la même fonction dans le muscle (ce qui explique la couleur rouge du sang et du muscle). Il a également de nombreuses fonctions enzymatiques, touchant en particulier à la respiration cellulaire.

Sources naturelles

Le foie, les viandes et les poissons, mais aussi les légumes verts, et surtout certains sels minéraux, constituent des sources d’apport en fer pour l’animal.

Retour en haut

Le magnésium

Une carence en magnésium se solde par l’apparition de troubles nerveux. Il a longtemps été conseillé de limiter le magnésium pour freiner la formation des calculs de struvite (ou phosphates ammoniacomagnésiens) chez le chat surtout. Il s’avère aujourd’hui que maintenir le pH urinaire acide constitue une mesure préventive bien plus efficace. Le magnésium joue d’ailleurs le rôle d’inhibiteur de la formation de calculs d’oxalate de calcium. À l’inverse, le chien de sport a besoin d’apports plus élevés en magnésium.

Pour la petite histoire

Le magnésium est un élément minéral majeur, métal alcalino-terreux, qualifié en nutrition de macro-élément minéral de par son importance quantitative pour l’organisme.

Son rôle dans l’organisme

Le magnésium est, avec le calcium et le phosphore, l’un des composants du squelette auquel il contribue dans une moindre mesure à donner sa solidité. Le magnésium intervient dans la conduction nerveuse et les contractions musculaires et contribue au métabolisme énergétique général de l’organisme.

Sources naturelles

On trouve le magnésium dans les os des mammifères, ainsi que dans des sources minérales telles que la magnésie ou divers sels minéraux.

Retour en haut

Le manganèse

Le manganèse contribue à la qualité de l’os et du cartilage, et doit donc être particulièrement surveillé chez le chiot ou le chaton, et chez l’animal âgé ou arthrosique.

Pour la petite histoire

Le manganèse est un élément minéral mineur, élément de transition, qualifié en nutrition d’oligoélément minéral de par son importance quantitative faible bien que vitale pour l’organisme.

Son rôle dans l’organisme

Oligo-élément participant activement au fonctionnement de la mitochondrie (la centrale énergétique de la cellule), le manganèse joue un rôle important dans la formation des cartilages osseux et articulaires.

Sources naturelles

D’une manière générale, les viandes sont des sources médiocres de manganèse, tandis que les céréales, les graines, les fruits, et bien sûr les sels minéraux, en constituent des sources intéressantes.

Retour en haut

Le phosphore

Un apport en phosphore adapté au stade physiologique et au format de l’animal permet d’assurer une croissance harmonieuse et un bon fonctionnement de l’organisme, en parfait équilibre avec les apports en calcium. Chez l’animal vieillissant, il est en revanche conseillé de réduire les apports en phosphore. Un excès de phosphore peut en effet aggraver les problèmes d’insuffisance rénale chronique.

Pour la petite histoire

Le mot phosphore signifie éthymologiquement “porteur de lumière”. Il fut découvert en 1669 par un alchimiste allemand, qui, en évaporant de l’urine et en calcinant le résidu dans une cornue, obtint un dégagement de phosphore sous forme d’une vapeur qui brillait dans le noir.

Son rôle dans l’organisme

Le phosphore a des rôles multiples tout aussi importants les uns que les autres. Quatre vingt six pour cent du phosphore de l’organisme est inclus dans le squelette, auquel il confère sa solidité, en association avec le calcium ; il est un composant des membranes des cellules, et un élément sans lequel l’énergie ne peut être dispensée à l’organisme (par le biais de l’ATP, adénosine triphosphate). Le phosphore est aussi intégré dans des molécules majeures, ADN et ARN, porteuses du programme génétique des cellules.

Sources naturelles

On trouve le phosphore, sous forme de sels minéraux, dans les os de mammifères, ainsi que dans des sources minérales telles que les phosphates. Les viandes sont en général riches en phosphore. Lorsqu’une limitation du phosphore s’impose dans le régime, une partie des protéines animales peuvent être remplacées par des protéines végétales (gluten de blé ou de maïs).

Retour en haut

Le potassium

Les apports en potassium ne posent pas de problème particulier, hormis en cas de diarrhée qui peut être responsable de pertes importantes.Certaines maladies cardiaques ou rénales imposent de réduire ou au contraire d’augmenter les quantités apportées par l’aliment. Lors de traitement diurétique, l’apport en potassium mérite d’être augmenté.

Pour la petite histoire

Le potassium est un élément minéral majeur, métal alcalin, qualifié en nutrition de macro-élément minéral de par son importance quantitative pour l’organisme.

Son rôle dans l’organisme

Cet élément minéral est essentiel au fonctionnement de la cellule en assurant, avec le sodium, l’équilibre de pression entre l’intérieur et l’extérieur de celle-ci, et en jouant des rôles importants dans son métabolisme énergétique. Le potassium a un grand rôle dans le fonctionnement cardiaque. Une acidification excessive de l’urine peut conduire à une carence en potassium.

Sources naturelles

On le trouve aisément sous forme de sels minéraux. Chez l’homme, les meilleures sources de potassium sont les légumes et les fruits secs, l’avocat, les viandes et poissons fumés ainsi que le chocolat et les bananes.

Retour en haut

Le sélénium

Le sélénium, comme les autres antioxydants, joue un rôle complémentaire dans la lutte contre tous les états de “stress oxydatif” auxquels est soumis l’organisme : vieillissement, effort physique intense, pollution, cancers, maladies inflammatoires.

Pour la petite histoire

Le sélénium est un élément minéral mineur, non métallique, qualifié en nutrition d’oligo-élément minéral de par son importance quantitative faible bien que vitale pour l’organisme.

Son rôle dans l’organisme

Cet oligo-élément est un antioxydant qui agit en synergie avec la vitamine E pour protéger les membranes cellulaires, en particulier celles des cellules musculaires.

Sources naturelles

On le trouve sous forme de sels minéraux, dans les poissons, mais aussi dans les viandes en moindre quantité.

Retour en haut

Le sodium

Les apports en sodium ne posent pas de problème particulier, même lors d’efforts physiques intenses puisque, le chien et le chat ne transpirant pas, ils n’en perdent pas à cette occasion, contrairement à l’homme et au cheval. Seules certaines maladies cardiaques seront redevables d’un moindre apport alimentaire en sodium. Lors de diarrhée importante, il est indiqué d’utiliser des poudres de réhydratation à mélanger à l’eau de boisson en veillant à ce que celles-ci soient isotoniques, pour compenser les pertes en électrolytes, dont le sodium en particulier.

Pour la petite histoire

Le sodium est un élément minéral majeur, métal alcalin, qualifié en nutrition de macro-élément minéral de par son importance quantitative pour l’organisme.

Son rôle dans l’organisme

Cet élément minéral est essentiel au fonctionnement de la cellule :

  • en assurant l’équilibre de pression entre l’intérieur et l’extérieur de celle-ci ;
  • en jouant des rôles importants dans son métabolisme énergétique.

Le sodium est également l’élément régulateur de l’équilibre hydrique (sensation de soif, ou élimination par l’urine). Ses rôles sont étroitement liés à ceux du potassium. La façon la plus simple de prévenir la formation de calculs urinaires chez le chat est d’encourager le chat à boire et donc à éliminer. Des volumes d’urine importants augmentent la fréquence des mictions et aident ainsi à évacuer les cristaux se formant dans les voies urinaires. Augmenter légèrement la teneur en chlorure de sodium de l’aliment encourage la consommation d’eau et stimule la diurèse.

Sources naturelles

On fournit le sodium nécessaire à l’animal par le biais du chlorure de sodium (sel de cuisine), d’origine minérale ou marine. Le sel de cuisine ou chlorure de sodium (NaCl) contient 39 % de sodium et 61% de chlorure. Ajouter 2,5% de NaCl dans un aliment conduit à augmenter le taux de sodium d’1%.

Retour en haut

Le zinc

Outre son impact sur l’ensemble de l’organisme, cet oligo-élément est un élément crucial de la synthèse du collagène et de la kératine. Il a des vertus cicatrisantes et amélioratrices sur la beauté du pelage. Les carences en zinc surviennent le plus souvent dans des aliments de mauvaise qualité, riches en son et en minéraux qui empêchent l’absorption normale du zinc.

Pour la petite histoire

Le zinc est un élément minéral mineur, élément de transition, qualifié en nutrition d’oligo-élément minéral de par son importance quantitative faible bien que vitale pour l’organisme. Les races de chiens nordiques présentent parfois des troubles de l’assimilation du zinc.

Son rôle dans l’organisme

Le zinc est le coenzyme de très nombreux systèmes métaboliques. Indispensable au transport sanguin de la vitamine A, il joue un rôle important dans la reproduction. Il est aussi un élément fondamental de l’intégrité de la peau, et donc de la qualité du poil. Enfin, le zinc aide à l’élimination des lactates produits lors d’effort musculaire bref et intense.

Sources naturelles

On trouve du zinc sous forme de sels minéraux, mais aussi dans les céréales entières et dans toutes les productions d’origine animale. Lors de supplémentation, le zinc peut être apporté dans une forme organique (gluconate de zinc ou zinc + méthionine) afin de faciliter son absorption.

Retour en haut

Les phosphates de sodium

Certaines formes de phosphates, lorsqu’ils sont libérés dans la cavité buccale, fixent les ions calcium présents dans la salive, limitant ainsi la minéralisation de la plaque dentaire. La formation de tartre dentaire est alors ralentie. Des chiens et des chats nourris tous les jours avec des croquettes enrobées de phosphates de sodium présentent un dépôt de tartre significativement inférieur que les animaux nourris avec le même régime sans phosphates de sodium.

Pour la petite histoire

Les sels de phosphates de sodium sont utilisés dans de nombreux dentifrices humains, pour améliorer l’hygiène bucco-dentaire. Chez les animaux, les phosphates doivent être incorporés dans l’enrobage des croquettes ou dans une barre à mâcher, pour faciliter leur libération lors de la phase masticatoire et favoriser leur contact avec le calcium salivaire.

Leurs rôles dans l’organisme

Les ions calcium présents dans la salive sont susceptibles de former des cristaux d’hydroxyapatite de calcium, la forme minérale du calcium utilisée pour la formation du tartre. Les phosphates de sodium ayant la capacité de chélater le calcium réduisent significativement les dépôts de tartre sur les dents. Au cours de la digestion, les complexes de phosphates de calcium se dissocient : le calcium et le phosphore sont libérés dans le tube digestif afin d’être absorbés en fonction des besoins de l’organisme.

Sources naturelles

Les phosphates de sodium constituent une famille de sels minéraux comptant plus de 150 molécules différentes (orthophosphate, pyrophosphate, polyphosphate, métaphosphate…).

Retour en haut

Les oligo-éléments chélatés

Les éléments chélatés, fixés sur une molécule organique, sont absorbés plus facilement par leur organe cible, se révélant alors plus efficaces. Le zinc chélaté, par exemple, se fixe mieux au niveau du poil que le zinc sous forme libre, ce qui stimule la croissance du pelage.L’amélioration de la qualité nutritionnelle de l’aliment obtenue grâce aux chélates, permet de mieux couvrir le besoin en chaque oligo-élément de l’animal.

Pour la petite histoire

Légalement, un oligo-élément chélaté est constitué d’un ion métallique lié à un à trois acides aminés.

Leurs rôles dans l’organisme

L’utilisation de cette forme d’apport des oligoéléments n’a pour seul intérêt que d’améliorer la digestion et surtout l’absorption digestive de ces derniers, qui normalement est inférieure à 30 % (70 % de l’élément minéral se retrouvant alors dans les excréments). Lorsque les oligo-éléments sont chélatés, le rendement d’absorption peut être supérieur à 60 %.

Sources naturelles

Afin de chélater les éléments minéraux tels le fer, le cuivre, le zinc, le manganèse, l’iode ou le sélénium, on utilise des acides aminés purifiés d’origine naturelle.

Retour en haut

Connexion

OU
Créer mon espace Mot de passe oublié ?